Le patrimoine | A travers l'histoire
A travers l'histoire
 


Blason de Noroy: d’or à la bande de gueules, au franc-canton d’azur brochant

Le nom du village pourrait être issu du latin tardif nucaretum, signifiant un lieu planté de noyers.

Noroy a changé d’appellation au cours des siècles: Noroy-l'Archevêque du XVIe au XVIIIe siècle, Noroy-le-Bois en 1793 , Noroy-le-Bourg en 1795 , Noroy-l'Archevêque en 1814 , avant de reprendre celui de Noroy-le-Bourg en 1831 .

   

Antiquité

Les vestiges d'un établissementgallo-romain ont été signalés en 1852 aux lieux-dits la Thiolère et les Champs de Messire Henry, à l'occasion de travaux de captage d'une source au sud-est du village. La découverte de fragments de mosaïque, de marbre, d'enduits peints et d'une lampe en bronze témoignent de l'existence d'unevilla et de l'occupation du site à compter de la fin du Ier siècle de notre ère.

Moyen Âge

Agnoald, puissant seigneur de la cour de Childebert II , roi d'Austrasie et de Bourgogne, aurait possédé le terre de Noroy et Saint Colomban serait venu le rencontrer in villa Honorisiascus pour obtenir l'appui du roi afin de s'établir à Luxeuil .

Noroy dépendait à l'origine des comtes de Bourgogne , qui y nommaient des maires (villicus) chargés de la perception des revenus et des prévôts, officiers de justice. Ceux-ci possédaient ces charges en fiefs.

Par des acquisitions successives la seigneurie passe, à partir du XIIIe siècle, aux archevêques de Besançon . Le conflit qui les oppose au chapitre de Saint-Étienne de Besançon conduit Richard d'Auxelles, soutenant la cause de son frère Rodolphe, doyen du chapitre, à la première destruction de Noroy en 1237.

Cherchant à s'assurer une sécurité contre ces entreprises belliqueuses, les archevêques font bâtir un château (par Guillaume de la Tour en 1245), et fortifier le bourg (par Jean de Vienne entre 1357 et 1360). Les habitants, qui participent à ces constructions, obtiennent ainsi de ce dernier la remise de la mainmorte, l'archevêque ne se réservant que les redevances et les tailles. Ils disposeront ensuite au XVIe siècle du droit de s'assembler en communauté pour désigner des échevins, nommer des procureurs, banvards, forestiers, et élire des prudhommes.

 

Les fortifications, qui permettent une résistance efficace aux routiers de Jean de Chauffour en 1364, se révèlent toutefois insuffisante en 1389 lorsque Philippe le Hardi ordonne leur destruction par Jean de Ray, pour contraindre l'archevêque Guillaume de Vergy à ne plus battre monnaie.

Le château est reconstruit en 1434 mais Noroy subit à nouveau en 1479 les exactions de Charles Ier d'Amboise , lors de la conquête de la Franche-Comté par le roi Louis XI . Le village est repris en 1492 par les troupes de l'empereur Maximilien . Les fortifications ne sont alors plus relevées.

En 1596, Antoine Corvini, recruté parFerdinand de Velasco pour expulser Louis de Beauvau , seigneur de Tremblecourt, demande une rançon aux habitants mais il met le village à sac sans en attendre le paiement.

Après la guerre de Dix ans , Noroy ne compte plus que 173 habitants en 1657.

Anciens cadastres sur le site des Archives départementales de la Haute-Saône:



 


Les monuments - Suivante >>

 

Copyright © 2009 Commune de Noroy-le-bourg - tous droits réservés - Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net - Plan du site